Histoire du water-polo

Le water-polo est le plus ancien jeu d'équipe olympique. Aux J.O. 1900 à Paris, il a été joué pour la première fois, longtemps avant le tennis, le football et les autres jeux d'équipes.

Le water-polo (angl. „water polo“, dè¨s fois aussi „waterpolo“) est un jeu dans l'eau qui ressemble au handball et au rugby, pendant lequel deux équipes adverses essaient de lancer un ballon dans le but adverse tout en se passant le ballon et en se mettant en bonne position de tir. L'objectif du jeu est de marquer plus de buts que l'adversaire. L'équipe qui marque le plus de buts est le vainqueur du match.

Le water-polo est une branche partielle de la natation, ainsi la FINA est la fédération faîtière internationale du water-polo. Une équipe se compose de 13 joueurs au maximum (jusqu'à 15 joueurs pour certains tournois) dont 7 jouent sur le terrain. Il y a un gardien de but et 6 joueurs de champ.

Ancienne histoire

Les experts ne sont pas unanimes de savoir comment l'idée de ce jeu avec un ballon et 2 équipes est née. Il y a deux possibilités. Ce qui est certain par contre c'est que l'origine vient de l'empire britannique du 18e siècle.

Première variante:

Dans le port londonien, les ouvrier s'ennuient. Pour se distraire des tonneaux vides sont jetés à l'eau sur lesquels on organise des courses. Plus tard, on orne ces tonneaux par des têtes de chevaux et on prend un ballon dans l'eau qu'on propulse moyennant un bâton.

Cette imitation du Polo (avec les chevaux) est appelée "Water Polo". Le problème de cette variante: personne ne peut expliquer comment un ouvrier de port puisse en même temps se balancer sur un tonneau dans la Tamise, se propulser avec un bâton et jouer en même temps un ballon.

Deuxième variante:

Au milieu du 19e siècle, la natation devenait de plus en plus populaire. Les concours ennuyeux qui duraient longtemps devraient être égayés , c'est pourquoi on a décidé de transférer le rugby traditionnel dans l'eau. Le public fut enthousiaste des scènes spectaculaires dans l'eau.
En1876, on a joué ainsi à Bournemouth. Le terrain mesurait 50 mètres en longueur et les buts étaient des bâteaux de râme dans lesquels il fallait placer le ballon. Sur un autre bâteau de râme se tenait un arbitre au milieu du terrain qui, comme aujourd'hui encore, plaçait le ballon au milieu du terrain et sifflait le début du match. Les joueurs démarraient alors depuis leurs bâteaux vers le milieu du terrain.
A la piscine couverte, la première d'un match de water-polo eut lieu en 1874 au "Chrystal Palace" à Londres. Cette variante a également été nommée "Polo": un ballon en caoutchouc rempli d'air fut importé des colonies indiennes. Il remplaça alors les anciens ballons rempli d'intestins de porcs et il s'est avéré idéal pour le jeu dans l'eau. Il avait pourtant un vilain défaut, durant le match, il explosa à pusieurs reprises et a dû être remplacé souvent.
Cette deuxième variante et la plus vraisemblable pour le développement du water-polo.

Dès 1870, il existaient des piscines couvertes à Londres et la fédération de natation londonienne a créé les premiers règlements de jeu. Il n'existaient toutefois pas encore de buts, les ballons devant être joué au bout de la piscine ou être posés, comme pour la première variante, sur un bateau ou un radeau. Il était aussi coutume de cacher le ballon en caoutchouc dans son maillot de bain, ce qui était privilégié par l'eau trouble. La tâche du gardien de but était d'attendre au bord du bassin et de sauter sur l'adversaire dès qu'il le voyait arriver.

Il n'y avait pas d'arbitres dans des piscines couvertes. Ainsi les matchs étaient souvent brutals et souvent des joueurs flottaient dans l'eau le dos en haut à la fin d'un match.
Les matchs étaient organisés en combats de groupes avec des prises de lutte sous l'eau. Ca ne ressemblait guère au water-polo d'aujourd'hui.

Evolution

En 1877, l'Ecossais William Wilson a modifié le règlement et créa ainsi la base pour le water-polo moderne.
Ce qui était nouveau c'était le fait que seul le joueur en possession du ballon pouvait être attaqué. Ainsi on évita les combats de lutte et un jeu avec des passes rapides pouvait se développer. En 1886, on a créé les bases pour les règlements d'aujourd'hui.

D'autres règles de l'époque:

  • le match durait 20 minutes.
  • au début du match, l'arbitre jetait le ballon au milieu du terrain et les joueurs démarraient de leurs côtés.
  • le ballon était maintenant en cuir et était graissé à cause de l'eau.
  • Le ballon pouvait être apporté n'importe comment au-dessus ou au-dessous de l'eau.
  • Celui qui n'avait pas le ballon ne pouvait être attaqué, sinon il y avait un coup franc.
  • A cause des petites piscines couvertes, le terrain n'était que de 8 x 17 mètres et au moins 90 centimètres en profondeur. Il était interdit de se mettre debout dans l'eau.
  • Le but était une cage de 3 x 10 pieds, presque les mêmes dimensions qu'aujourd'hui.
  • Pour une infraction contre le règlement, il y avait coup franc pour l'équipe adverse. Avant l'exécution du coup franc, les joueurs n'avaient pas le droit de bouger dans l'eau.

Un nouveau pas en avant pour le water-polo fut l'introduction de la nage crawl, le "style Trugdeon". John Trugde a ramené de l'Amérique du Sud une nage qu'il avait vu chez les natifs du pays. Les bras sont ramenés au-dessus de l'eau vers l'avant, les jambes croisées et tout le corps fait un mouvement de rotation. Ca n'avait pas encore grand chose à voir avec le crawl de nos jours, mais ces mouvements ont accéléré le jeu et l'ont rendu plus épuisant.

En 1888, l'Amérique découvre le water-polo. Les spectateurs étaient fascinés, car on ne jouait pas selon les règles dernièrement décidées. Le jeu ressemblait plutôt à un genre d'American Football dans l'eau et à la dernière décennie du 19e siècle, la ligue nationale fut très populaire. Le nouveau sport a su attirer jusqu'à 14'000 spectateurs au Madison Square Garden.

Le "règlement américain" trouvait son succès dans une brutalité autorisée. Un journaliste a marqué l'expression du "mort de masse dans l'eau". Une des spécialités de ce jeu très appréciée était le "saumon sautant", quand un joueur était propulsé hors de l'eau par ses co-équipiers pour pouvoir marquer un but.

Les Américains prétendaient que leurs bassins étaient trop petits pour permettre des tirs au-dessus de l'eau et gardaient leur règlement. L'Europe s'est pourtant distancé de ces règles horribles. A partir de 1894, les pays les plus importants de water-polo ont opté pour les "règles écossaises". Le jeu fut vite très populaire et en 1900, ce sont les Britanniques qui remportent les premières médailles d'or aux J.O. de Paris.

Les Olympiades

Paris fut le premier événement olympique du water-polo. Quatre ans plus tard, les Américains furent l'organisateur des Jeux à St. Louis. Ils voulaient bien sûr jouer selon leur règlement.

Les pays européens ont alors décidé en commun que le voyage était bien trop cher et ont déclaré forfait. Finalement, ce ne sont pas des pays, mais des clubs qui ont joué pour les médailles. Par défaut d'autres pays d'Europe, le règlement américain fut appliqué et ce fut un désastre total.
Aux EU, on jouait dans des lacs artificiels. On n'y faisait pas autant attention à l'hygiène et à la qualité de l'eau comme en Europe. Un grand nombre de joueur s'est infecté avec le typhus. C'est finalement en 1912 que les EU acceptent le règlement international à la suite d'un match qui s'était terminé dans une bagarre colossale.
 

Juste avant les Jeux Olympiques de Londres en 1908, la Fédération internationale de natation (FINA) fut fondée. Ce sont les "règles écossaises" qui se sont imposées et c'est selon ces règles que fut organisé le tournoi olympique.
Le terrain a adopté les mesures actuelles et le temps du match fut fixé à 14 minutes. Les joueurs démarraient depuis la ligne de but et il ne pouvaient toucher le ballon qu'à une seule main. Le gardien de but s'est vu attribuer une espace de 4 yards, correspondant à l'espace de 4m actuel, qu'il n'avait pas le droit de quitter. D'autres règles, comme des fautes dites graves, comme l'hors jeu, le giclement intentionnel ou le jeu de temps furent introduites. Un joueur commettant une faute grave devait quitter le bassin jusqu'au prochain but. Une faute grave à l'intérieur des 4 yards entraînait un pénalty depuis la ligne des 4 yards.

Un match curieux a eu lieu en 1920 à Anvers. Les équipes d'Italie et de Suède devraient s'affronter. Malheureusement, les Italiens trouvaient l'eau trop froide et seul leur capitaine a osé rentrer dans l'eau. Quand le score était de 0:7, il a abandonné à son tour et la médaille d'or fut attribuée aux Suédois.

A ce moment, pour des raisons politiques, l'Allemagne ne fut pas membre de la FINA. Ainsi, leurs règles furent accordées selon leur propre imagination et un peu bizarre pour nous aujourd'hui, ainsi les joueurs allemands n'avaient pas le droit de parler durant le match. Dès 1924, les règles internationales furent également introduites en Allemagne.

Les temps modernes

Au début de l'histoire olympique du water-polo, les ballons étaient de ballons de football ordinaires qui étaient simplement graissés. A partir de 1936, ils furent remplacés par des ballons en caoutchouc remplis de coton. Leur couleur était d'abord le rouge, puis après 1956, c'est le jaune qui s'est imposé comme couleur complémentaire au bleu de l'eau.
En 1950, le "water-polo arrêté" fut abandonné. Maintenant on avait le droit de jouer durant le temps de jeu complet, aussi durant le "temps mort", c'est-à-dire le temps durant lequel un tir de pénalité est effectué. Cette modification du règlement est décisive pour le jeu. Dès maintenant, les capacités de nageurs et la condition physique se sont ajouté au simple maniement technique du ballon.

Un jeu qui avit attiré les médias, mais qui fut un point noir sportif, fut le "jeu de sang" ou même "bain de sang" lors des J.O. de Melbourne en 1956. La Hongie a joué contre l'Union soviétique qui venait tout juste de stopper la révolution hongroise par la force des armes. La légende hongroise Ervin Zador a dû quitter le bassin deux minutes avant la fin du match avec plusieurs blessures saignantes au visage. Les Hongrois ont finalement remporté le match par 4:0.

Après les J.O. 1960 à Rome, il a été procédé à plusieurs modifications importantes du règlement. Un match dure ainsi 4x 5 minutes, après chaque quart, les côtés sont changés. Une équipe se compose de 11 joueurs qui ne pouvaient être échangés que durant les pauses des quarts.

D'autres règles ont été introduites après, p.ex. la prolongation du temps de jeu ou le raccourcissement du temps d'attaque et d'exclusion. Après la finale des J.O. de Barcelone en 1992 qui avait connu 6 prolongations, durant lesquelles le roi Juan Carlos avait chopé un coup de soleil dans les tribunes, la règle du Golden Goal fut introduite pour une courte durée.
Une année plus tard, il était fixé que deux prolongations courtes et un tir final des 4m devraient décider du match.

Depuis le championnat du monde en 1976 à Berlin, les femmes ont le droit de participer à des compétitions internationales. Et c'est finalement en 2000, à Sydney, que les femmes, 1000 ans après les hommes, ont eu le droit de participer au tournoi olympique.